Effacer mes traces Quitter rapidement
Aller au contenu principal
  1. Accueil
  2. Ressources
  3. violences conjugales
  4. Emmanuelle, travailleuse sociale
14 juin 2021

Emmanuelle, travailleuse sociale

Article

Prendre de soin de sa santé à Citad’elles, c’est non seulement pouvoir bénéficier d’un accompagnement médico-psychologique adapté au psycho-traumatisme des victimes. Mais c’est aussi avoir accès à des activités diversifiées (groupes de paroles, art-thérapie…) pour reprendre confiance en soi et trouver les ressources pour sortir du cycle des violences.
Découvrez l’interview d’Emmanuelle, coordinatrice de SOlidarité femmeS Loire Atlantique.

De quelle façon Solidarité Femmes Loire-Atlantique intervient à Citad’elles ?

Nous assurons une permanence que nous appelons « permanence de conscientisation ». Son but ? Aider les femmes à poser des mots sur ce qu’elles vivent, à réaliser qu’elles subissent des violences. Nous savons d’expérience que la mise en actions peut prendre du temps. La prise de conscience est une première étape essentielle pour engager, le cas échéant, un parcours de sortie des violences. Le jeudi matin, pendant ces entretiens individuels d’environ une heure, nous les écoutons, nous les aidons à formaliser les violences vécues pour envisager un accompagnement si elles le souhaitent.

Proposez-vous aussi des ateliers collectifs ?

Oui, nous proposons aussi des groupes d’échanges, le samedi matin. Développés par SOlidarité femmeS Loire-Atlantique depuis sa création, il y a 40 ans, ce sont des moments de discussions précieux pour les femmes victimes de violences. Elles se retrouvent, de tous les âges, de tous les milieux, de toutes les nationalités pour partager leurs vécus : c’est un espace pour les femmes partageant un vécu similaire dans lequel elles peuvent s’apporter soutien et aide réciproques.

Quelle est la particularité de ce public ?

Les femmes que nous rencontrons sont en souffrance, mais elles font preuve de beaucoup de courage dans ce parcours de sortie des violences.

Vous vous souvenez de vos premières impressions en découvrant Citad’elles ?

Oui ! Le lieu n’était pas encore aménagé. Je me souviens de cet immense espace, c’est ce qui m’avait marquée. L’intérêt d’un lieu comme Citad’elles, c’est notamment de constituer un guichet unique d’entrée pour les victimes, qui leur évite de répéter sans cesse leur histoire. Les campagnes de communication permettent de rendre visible les violences auprès du grand public.

Le confinement de mars 2020, vous vous en souviendrez comme…

D’un révélateur. Dans certaines familles, ce contexte en huis clos a révélé l’existence de violences, et a parfois provoqué le passage de violences verbales ou psychologiques à des violences physiques. Les confinements suivants ont surtout eu pour impact de réduire nos activités en collectif, ce qui a accentué l’isolement des victimes.

Quelle personnalité vous inspire ?

J’ai envie de citer les dix femmes bénévoles qui s’impliquent dans le conseil d’administration de l’association. Certaines travaillent, et elles donnent toutes beaucoup de leur temps et de leur énergie pour que nous puissions répondre le plus efficacement possible aux femmes, en démultipliant les services que nous leur proposons.

Quel message souhaitez-vous transmettre aux femmes qui nous lisent ?

Osez parler des violences quand c’est possible. Cela vaut pour les femmes victimes bien sûr, mais aussi pour leur entourage. Vous avez un doute ? Osez poser la question « es-tu victime de violences ? ». En sachant qu’on ne peut rien imposer, et qu’il faut laisser chacune prendre le temps dont elle a besoin pour répondre et réagir. Mais ouvrir la discussion, c’est déjà important.

Solidarité Femmes Loire-Atlantique est une association spécialisée dans l’accompagnement des femmes et de leurs enfants victimes de violences conjugales et/ou familiales.